Espace
CHSCT

@Espace
CHSCT

Elu ?
Contactez-nous

Je découvre
Axium

Une liste noire de médicaments “plus dangereux qu’utiles”


La revue médicale indépendante Prescrire a publié dans son numéro de février une liste noire comportant 68 médicaments qui font courir des risques disproportionnés aux patients. La revue déplore par ailleurs que 2013 ait été une nouvelle année sans avancée importante dans la pharmacopée. Elle a toutefois primé un vaccin contre la méningite.

 


La revue médicale indépendante Prescrire a publié dans son numéro de février une liste noire comportant 68 médicaments qui font courir des risques disproportionnés aux patients. La revue déplore par ailleurs que 2013 ait été une nouvelle année sans avancée importante dans la pharmacopée. Elle a toutefois primé un vaccin contre la méningite.

 


Morne plaine. C'est à peu près le sentiment de la revue médicale indépendante sur la cuvée 2013 de nouveaux médicaments. Pour la sixième année consécutive, elle renonce à décerner sa "Pilule d'or", plus haute distinction qu'elle accorde à un nouveau produit : "L'année 2013 est une année de plus sans progrès important apporté par de nouveaux médicaments", soupire le directeur de la rédaction, Bruno Toussaint.

 

68 médicaments sur liste noire

De ce tableau peu enthousiasmant se dégage tout de même un vaccin. Il s'agit du Nimerix, un vaccin contre la méningite à méningocoques pour les enfants de un à deux ans qui voyagent en zone d'épidémie. Mais Prescrire ne fait que le citer dans son "palmarès", qui souligne une "amélioration modeste".

En revanche, la revue épingle 68 médicaments dans sa liste noire, remise à jour. Qualifiés de "plus dangereux qu'utiles", "la balance bénéfices-risques est défavorable dans toutes les situations cliniques pour lesquelles ils sont autorisés", ajoutent-ils, se basant sur des études réalisées entre 2010 et 2013.


Motilium, éphédrine etc.

Sur cette liste figure plusieurs familles de médicaments classées par pathologie : cancérologie, cardiologie, rhumatologie, douleurs, allergologie, gastro-entérologie etc. Quelques produits couramment donnés sont épinglés par la revue, en raison de la disproportion entre les risques potentiels et les infections qu'ils soignent : la dompéridone par exemple, (Motilium etc.). Elle expose, entre autres, à des morts subites. Le jeu en vaut-il la chandelle pour traiter des reflux gastrique, se demande Prescrire.

De même, l'éphédrine pour soigner un rhume, alors qu'elle fait courir le risque de troubles cardiovasculaires graves. La liste contient aussi la quinine pour les crampes, le strontium ranélate (Protelos) pour l'osthéoporose, vecteur potentiel de troubles neurologiques et cardiovasculaires. Tous ces produits devraient être écartés du marché "dans l'intérêt des patients", estiment les rédacteurs.

 

Liste noire des 68 médicaments

 

Source (franceinfo.fr)

 

Espace CHSCT, plateforme N°1 d'information CHSCT, édité par son partenaire Travail & Facteur Humain, cabinet spécialisé en expertise CHSCT et formation CHSCT