Espace
CHSCT

@Espace
CHSCT

Elu ?
Contactez-nous

Je découvre
Axium

Un ambulancier perd son travail à cause d’un vieux contrôle d’alcoolémie

Un Charentais de 34 ans, diplômé et expérimenté, se retrouve brutalement sans travail en ce début d'année. La faute à un contrôle d'alcoolémie vieux de trois ans que son nouvel employeur, l'hôpital d'Angoulême à Girac, a exhumé le jour de son embauche.

Tout a commencé il y a quelques semaines quand ce père de famille de Ruelle-sur-Touvre, dont la compagne est enceinte de son deuxième enfant, décide de donner un nouveau tour à sa carrière professionnelle. Ambulancier chez Normandin à Ruelle, il pose sa candidature au service brancardage de Girac où un poste est vacant. Les entretiens se passent à merveille. Il franchit une à une les étapes conduisant à la signature d'un contrat. On lui propose d'abord un CDD d'un mois, mais avec la promesse orale de le titulariser très vite.

Un Charentais de 34 ans, diplômé et expérimenté, se retrouve brutalement sans travail en ce début d'année. La faute à un contrôle d'alcoolémie vieux de trois ans que son nouvel employeur, l'hôpital d'Angoulême à Girac, a exhumé le jour de son embauche.

Tout a commencé il y a quelques semaines quand ce père de famille de Ruelle-sur-Touvre, dont la compagne est enceinte de son deuxième enfant, décide de donner un nouveau tour à sa carrière professionnelle. Ambulancier chez Normandin à Ruelle, il pose sa candidature au service brancardage de Girac où un poste est vacant. Les entretiens se passent à merveille. Il franchit une à une les étapes conduisant à la signature d'un contrat. On lui propose d'abord un CDD d'un mois, mais avec la promesse orale de le titulariser très vite.

alt

Seule contrainte, lui glisse le chef de service le 27 décembre, il doit être disponible tout de suite. Alors, le Ruellois démissionne sur-le-champ des Ambulances Normandin. Le 6 janvier, veille du jour où il doit officiellement prendre son poste, il se rend chez son nouvel employeur, remplit les documents nécessaires, récupère sa blouse et sa carte de cantine.

Mais à 15 heures, le service du personnel lui téléphone: pas la peine de venir le lendemain, son contrat est annulé. Raison invoquée: Girac s'est renseigné; l'homme a subi un contrôle d'alcoolémie il y a trois ans, il a été condamné et, de fait, a un casier judiciaire. Rédhibitoire pour intégrer le service. Les faits se sont passés «un week-end en dehors de sa période de travail», rappelle le frère du père de famille, révolté que son cadet se retrouve sans travail pour une erreur commise pendant son temps libre alors que ses états de service sont irréprochables.

«C'est ainsi selon les statuts de la fonction publique, justifie la directrice des ressources humaines de l'hôpital de Girac, Valérie Arsouze Fadat. On ne peut pas recruter à un poste d'ambulancier une personne qui a eu des problèmes sur la route. Nous avons un devoir de protection de nos usagers.» La responsable ne nie pas que le candidat a les qualités, l'expérience et les diplômes requis pour être recruté, mais la loi est là loi. «Ces règles, il ne pouvait les ignorer, ajoute la responsable, en expliquant que l'ambulancier s'est probablement «un peu trop empressé de démissionner de son précédent emploi». Une démission qui a une autre conséquence pour lui: il ne peut pas bénéficier des indemnités de chômage. Consciente que la situation met ce jeune Charentais dans une situation pénible, la directrice des ressources humaines fait une promesse: «Désormais, nous informerons les candidats, par écrit et en amont que pour postuler à certaines fonctions, il est obligatoire d'avoir un casier judiciaire vierge.»


source: charentelibre

 

Espace CHSCT, plateforme N°1 d'information CHSCT, édité par son partenaire Travail & Facteur Humain, cabinet spécialisé en expertise CHSCT et formation CHSCT