Espace
CHSCT

@Espace
CHSCT

Elu ?
Contactez-nous

Je découvre
Axium

Sephora contraint de fermer à 21h : “Ce n’est pas ce que nous voulons”, dit une salariée

chsctLa chaîne de cosmétiques Sephora sera désormais contrainte de fermer sa boutique des Champs-Élysées à 21 heures. Les syndicats crient victoire mais certains salariés sont inquiets et déçus.

chsctLa chaîne de cosmétiques Sephora sera désormais contrainte de fermer sa boutique des Champs-Élysées à 21 heures. Les syndicats crient victoire mais certains salariés sont inquiets et déçus.

Ce lundi, la cour d'appel de Paris a rendu sa décision sur l'ouverture nocturne du distributeur de cosmétiques Sephora, avenue des Champs-Élysées. L'enseigne sera contrainte de fermer ses portes à 21 heures sous huit jours, sous astreinte de 80.000 euros par infraction. Les syndicats membres du Clic-P (intersyndicale du commerce à Paris) sont à l'initiative de cette plainte contre l'enseigne.

Sur le travail nocturne, la loi dispose que le recours au travail entre 21 heures et 06 heures doit être exceptionnel et justifié par la nécessité d'assurer la continuité de l'activité économique de l'entreprise.

Les salariés sont inquiets pour la suite

Plus de 50 salariés ont été employés pour les ouvertures nocturnes de l'enseigne sur les Champs-Élysées. Pour la direction de Sephora, le travail de nuit était basé sur le volontariat, et fait l'objet d'un nombre de candidatures supérieur au nombre de postes à pourvoir.

Diane, une salariée de Sephora Champs-Élysées, travaille de17 heures à 1 heure du matin. Au micro de RTL, elle explique pourquoi elle souhaite continuer à travailler en soirée : "Financièrement, ça aide et c'est mieux qu'un salaire classique. Ça permet surtout d'avoir une vie meilleure." "Dans mon organisation personnelle, mon ami travaille aussi le soir et cela nous convient très bien", ajoute-t-elle.

Alexandre Torgomian, de la CFDT, conseille aux salariés de Sephora qui pensent d'abord à leur situation individuelle "de se regrouper tous ensemble et de réclamer un salaire plus élevé, qui ne nécessite pas de travailler la nuit".

Avec l'obligation de fermer à 21 heures, les salariés craignent des suppressions de postes. "C'est vraiment un stress pour nous", explique Diane. "Nous ne savons pas ce que nous allons devenir, nous risquons de perdre notre emploi. "Tout va changer et ce n'est pas ce que nous voulons."

Source (rtl.fr)

Espace CHSCT, plateforme N°1 d'information CHSCT, édité par son partenaire Travail & Facteur Humain, cabinet spécialisé en expertise CHSCT et formation CHSCT