Espace
CHSCT

@Espace
CHSCT

Elu ?
Contactez-nous

Je découvre
Axium

Les inspecteurs du travail sous le choc après le suicide d’un ancien collègue à Lille

altÉMOTION

Hier matin, la direction du Travail (DDTEFP) d'Arras avait le moral en berne. ...

Le suicide d'un de leurs anciens collègues, Romain Lecoustre, à Lille, mercredi, aurait pu, selon eux être évité. Ce jeune homme brillant de 32 ans était sorti major de sa promotion avant de devenir contrôleur, à Arras. « Nous avions fait notre formation d'inspecteur ensemble, à Lyon », évoque Rémi Bellois, inspecteur à Arras et délégué CGT. « Il avait connu des rapports difficiles avec la hiérarchie. Ce qui l'avait amené à demander son changement pour Lille. On pensait que cela allait mieux pour lui. Mais à Arras, on l'avait "broyé". Il avait soulevé des problèmes d'amiante dans les locaux. Les syndicats avaient émis des réserves sur le fonctionnement des élections professionnelles. Cela n'avait fait que tendre les relations. À Lille, il n'avait probablement pas eu le temps de se reconstruire ».

altÉMOTION

Hier matin, la direction du Travail (DDTEFP) d'Arras avait le moral en berne. ...

Le suicide d'un de leurs anciens collègues, Romain Lecoustre, à Lille, mercredi, aurait pu, selon eux être évité. Ce jeune homme brillant de 32 ans était sorti major de sa promotion avant de devenir contrôleur, à Arras. « Nous avions fait notre formation d'inspecteur ensemble, à Lyon », évoque Rémi Bellois, inspecteur à Arras et délégué CGT. « Il avait connu des rapports difficiles avec la hiérarchie. Ce qui l'avait amené à demander son changement pour Lille. On pensait que cela allait mieux pour lui. Mais à Arras, on l'avait "broyé". Il avait soulevé des problèmes d'amiante dans les locaux. Les syndicats avaient émis des réserves sur le fonctionnement des élections professionnelles. Cela n'avait fait que tendre les relations. À Lille, il n'avait probablement pas eu le temps de se reconstruire ».

alt

L'inspecteur s'était plaint de la pression au travail et avait déjà fait une tentative de suicide, à Arras. Il avait quitté Arras en novembre 2011. Son nom figure encore sur son ancien bureau. « C'était un gars brillant et charmant », confiait l'une de ses collègues arrageoises au bord des larmes, vendredi.

Michel Poivre (SUD), ému, soulignait les méfaits de la politique du chiffre, à Arras comme dans d'autres délégations de la DDTEFP. Les syndicats dénoncent une politique du rendement « totalement absurde » qui ne tient pas compte de la qualité. « On a toujours des remarques négatives. On ne sait pas nous dire quand on fait du bon travail. » Les effectifs plus restreints, notamment en catégorie « c » (secrétariat), sont mis en avant.

la direction régionale fait le déplacement

Des salariés s'étaient rassemblés, dans une salle de la DDTEFP, rue Pierre-Beregovoy, au cours de la matinée, vendredi. La direction régionale s'était déplacée pour l'occasion et l'on affichait des mines plutôt défaites, dans les couloirs, près des bureaux syndicaux. La directrice régionale, Anaïck Laurent, qui a pris ses fonctions en janvier, et ses collaborateurs ont écouté les agents qui, syndiqués ou non ont rejeté la responsabilité de ce mal être au travail sur le management. « Pour nous les responsables c'est eux ! », lâchait un inspecteur. « À Lille, les agents ont envahi les locaux de la direction régionale. Ici, ils ont pris les devant... » Selon les syndicats, la délégation d'Arras a déjà connu l'épreuve du suicide : celui d'un autre collègue de 32 ans, il y a deux ans. Lundi, les représentants syndicaux se réuniront en intersyndicale. En attendant on fait son deuil et on pense à la famille de ce collègue... Et on essaie d'oublier pourquoi c'est si souvent le cordonnier qui est le plus mal chaussé.


source: lavoixdunord

 

Espace CHSCT, plateforme N°1 d'information CHSCT, édité par son partenaire Travail & Facteur Humain, cabinet spécialisé en expertise CHSCT et formation CHSCT