Espace
CHSCT

@Espace
CHSCT

Elu ?
Contactez-nous

Je découvre
Axium

Le présentéisme, un “mâle” très français

 

On savait que l'absentéisme coûtait cher là l'entreprise. On sait aujourd'hui que le présentéisme coûte encore plus cher à nos chères sociétés du CAC 40.

Le présentéisme coûte cher à l'entreprise, très cher. Pour s'en convaincre, il suffit de lire la compilation d'études faites sur ce sujet par le Dr Rodet. Pour ceux que ça intéresse, vous trouverez toutes les infos sur le site Intelligence RH.



 

On savait que l'absentéisme coûtait cher là l'entreprise. On sait aujourd'hui que le présentéisme coûte encore plus cher à nos chères sociétés du CAC 40.

Le présentéisme coûte cher à l'entreprise, très cher. Pour s'en convaincre, il suffit de lire la compilation d'études faites sur ce sujet par le Dr Rodet. Pour ceux que ça intéresse, vous trouverez toutes les infos sur le site Intelligence RH.





Le présentéisme, c'est le fait de rester dans l'entreprise sans forcément être concentré sur son travail. Ca, tout le monde voit de quoi on parle ! En revanche, peu de gens savent que ce type de comportement provoque un stress important.
La France est le seul pays qui récompense le présentéisme. Et l'adepte du présentéisme est plutôt mâle. Une femme s'en est émue à l'Assemblée Nationale le 22 mars dernier : Marie-Jo Zimmermann, député UMP, lors de la discussion sur la résolution relative à l'égalité hommes / femmes en entreprise.


Les femmes partent plus tôt... commencer leur 2e journée

Il suffit de regarder autour de nous pour se convaincre que le présentéisme est un mal typiquement français. En Allemagne, en Suisse et même aux USA, celui qui reste au bureau après 17 heures, est au mieux soupçonné de draguer sur Facebook au pire, d'être organisé comme un pied... En France, on vous demande, au choix, si vous avez posé votre demi-journée, ou si vous êtes à mi-temps, quand vous partez à 18 heures.
Résultat : des vraies différences de salaires entre ceux qui font du marquage à la culotte pour obtenir la visibilité indispensable à une promotion et ceux, ou plutôt celles, qui rentrent chez elles attaquer leur seconde journée. Pour les plus réticents je rappelle l'enquête de l'INED, datée de novembre 2009 : 80% des tâches domestiques sont assumées par les femmes en France.


"Travailler sa visibilité"

Vous pensez que ce schéma est simpliste... Un exemple glané, pas plus tard qu'hier lors de la restitution des R.I.S. (Réévaluation Individuelle de Salaire) dans une grande entreprise du CAC 40 : « Tu sais, chez nous, c'est le big boss qui a le dernier mot. Et malheureusement, il ne sait pas ce que tu fais... c'est pour ça que cette année nous allons Travailler ensemble sur ta visibilité... ». C'est ballot, surtout quand on bosse avec depuis plus de 10 ans.
Alors logiquement, en voyant ces résultats, les managers devraient se précipiter pour gratifier les femmes. Mais si ce n'est pas le cas.. Comptez sur nous pour faire circuler l'info et bientôt c'est à la sortie des écoles, des crèches et des jardins d'enfants... qu'on viendra nous supplier. « 7% par an sur 5 ans... Après on renégociera ».


Surveiller le burn-in pour éviter le burn-out

Le présentéisme (appelé aussi burn-in) est un état pathologique proche du surmenage de l'épuisement. C'est votre collègue de travail qui vient travailler malgré la maladie, la fatigue les 35 jours de RTT non posées dans le seul but d'être apprécié de son employeur. Comment expliquer ce phénomène ? La précarité, la surcharge de travail et le manque de reconnaissance. Des programmes de sensibilisation ont été mis en place pour éviter que ces travailleurs n'atteignent le stade de l'épuisement total (le burn-out).

 

 

 

Source (lci.tf1.fr)


Espace CHSCT, plateforme N°1 d'information CHSCT, édité par son partenaire Travail & Facteur Humain, cabinet spécialisé en expertise CHSCT et formation CHSCT