Espace
CHSCT

@Espace
CHSCT

Elu ?
Contactez-nous

Je découvre
Axium

Fumée de bitume: un risque sanitaire pour les salariés

chsct

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) pointe un risque sanitaire pour les salariés exposés aux fumées nocives du bitume et formule ses recommandations pour réduire ces expositions, dans un rapport publié mercredi.

chsct

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) pointe un risque sanitaire pour les salariés exposés aux fumées nocives du bitume et formule ses recommandations pour réduire ces expositions, dans un rapport publié mercredi.
Les bitumes sont des résidus de raffinage du pétrole. Ils constituent l'ingrédient principal d?un liant qui assure la cohésion d?un revêtement (route, toiture, etc.
).
Saisie par la fédération nationale CGT des salariés de la construction, afin d'évaluer les risques sanitaires pour l'homme, l'Anses insiste dans son rapport sur "l'importance de la mise en place d'une surveillance étroite des émissions potentiellement dangereuses pour les travailleurs".

En France, jusqu'à 93.000 salariés seraient concernés par une exposition à la fumée de bitume (entre 5.000 et 85.000 ouvriers du secteur de la construction et de l'entretien des routes et près de 8.000 ouvriers qui travaillent sur l'étanchéité des toitures), selon des données rapportées par l'Agence.
L'exposition aux émissions de vapeur et de gaz, lorsque le bitume est chauffé pour être manipulé, peut provoquer des irritations oculaires et respiratoires, selon des études épidémiologiques qui ont rapporté une augmentation significative des risques d'asthme et de bronchites chroniques.
Il faut également prendre en compte que cette exposition a été classée comme "cancérogène possible" pour l'homme par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), rappelle l'Anses.

Le rapport recommande de réduire les expositions professionnelles aux fumées de bitume. Cela "passe prioritairement par des mesures de prévention collective et d'adaptation de l'organisation du travail", comme par exemple de "décaler les horaires plus tôt l'été de manière à réduire l'impact de la chaleur".
Il faudrait aussi "évaluer la pertinence d'un système de rotation des postes de travail permettant aux travailleurs d'alterner différentes tâches", souligne l'Anses qui préconise un suivi médical approprié des travailleurs.
L'Agence recommande de sélectionner "les produits et procédés d'application les moins exposants" et de "respecter les températures propres à l'utilisation de chaque produit bitumeux". Enfin, elle encourage "le développement d'actions de recherche sur la question".

Source (leparisien.fr)

Espace CHSCT, plateforme N°1 d'information CHSCT, édité par son partenaire Travail & Facteur Humain, cabinet spécialisé en expertise CHSCT et formation CHSCT