Espace
CHSCT

@Espace
CHSCT

Elu ?
Contactez-nous

Je découvre
Axium

Et si on supprimait des jours fériés ?

 

Si vous travaillez avec des entreprises étrangères, vos interlocuteurs vous ont peut-être demandé avec une pointe d'ironie "combien de jours travaillez-vous en mai ?" en concluant sans doute par "c'est incroyable d'avoir autant de jours fériés et autant de vacances". La France compte 11 jours fériés, soit autant que la plupart des pays européens. En revanche, ce qui la différencie du reste de ses partenaires c'est que beaucoup de ces jours fériés sont regroupés sur le mois de mai.

 


 

Si vous travaillez avec des entreprises étrangères, vos interlocuteurs vous ont peut-être demandé avec une pointe d'ironie "combien de jours travaillez-vous en mai ?" en concluant sans doute par "c'est incroyable d'avoir autant de jours fériés et autant de vacances". La France compte 11 jours fériés, soit autant que la plupart des pays européens. En revanche, ce qui la différencie du reste de ses partenaires c'est que beaucoup de ces jours fériés sont regroupés sur le mois de mai.

 



Un casse-tête pour les entreprises

Entre les jours de RTT, les jours fériés et le fait de devoir solder les congés pour le 31 mai, les effectifs sont très fortement réduits en mai. Pour les salariés qui ont bien "négocié", il leur a suffit de poser 3 jours pour s'offrir douze jours de repos, une période pré-estivale avant les grandes vacances en quelque sorte. Ces "ponts" ne font pas que des heureux : les entreprises françaises ont dû organiser leur activité en conséquence et pour certaines ont préféré fermer par manque de personnel. Tous ces jours chômés s'accumulent au détriment du business et du développement économique.

 

Impact sur l'économie

Force est de constater que pour certaines entreprises ces ponts à répétition ne sont pas tenables car leur production est très fortement impactée, entrainant une diminution de leur chiffre d'affaires. Ceux qui sortent leur épingle du jeu, profitant de cette aubaine, sont les secteurs du loisir, du tourisme et des transports. Toutefois, la suractivité de quelques secteurs ne permet pas de compenser la perte des autres entreprises. Cette baisse d'activité à une réelle coût pour l'économie françaises : les économistes s'accordent à estimer que les "ponts" coûteraient jusqu’à 4 milliards d’euros pour l'économie française.

 

Quelles propositions pour gérer ces jours fériés ?


La méthode forte au Portugal

Depuis 2013, afin d'améliorer la compétitivité d'un pays qui a connu des années extrêmement difficiles en termes économiques et financiers, le gouvernement du Portugal a eu le courage de supprimer plusieurs jours fériés. Déjà deux jours sont concernés : la "Fête-Dieu" (60 jours après Pâques) et la Toussaint (le 1er novembre). Après la suppression de ces deux fêtes religieuses, le gouvernement poursuit ses négociations pour maintenant supprimer deux jours fériés civils. Il faudra attendre quelques années pour savoir si cette décision impopulaire à un impact positif sur l'économie portugaise.

 

Un lissage pour la France

Jean-Christophe Sciberras, Président de l'ANDRH (Association National des Directeurs des Ressources Humaines), proposait jeudi 29 mai sur BFM lors du 12h-15h que les salariés aient la possibilité de travailler les jours fériés. Selon lui "le but n'est pas de leur retirer ces jours fériés régis par le code du travail et par les conventions collectives mais de les autoriser à prendre ce jour férié à un autre moment au cours de l'année". Les avantages de cette proposition sont multiples : permettre une meilleure organisation de la production avec l'ensemble du personnel sur toute l'année, continuer à répondre aux clients, …




Source : (blog.francetvinfo.fr)


Espace CHSCT, plateforme N°1 d'information CHSCT, édité par son partenaire Travail & Facteur Humain, cabinet spécialisé en expertise CHSCT et formation CHSCT