Espace
CHSCT

@Espace
CHSCT

Elu ?
Contactez-nous

Je découvre
Axium

Emploi : ce que proposent les candidats

Image actualité

altPour le dixième mois consécutif, le chômage a augmenté en février, avec près de 2,9 millions de demandeurs d’emploi sans aucune activité (+ 0,2% par rapport à janvier) et plus de 4.500.000 en "activité réduite" (+ 0,5 %). Programme contre programme, et par ordre alphabétique, comment les candidats comptent-ils faire baisser la courbe ?


altPour le dixième mois consécutif, le chômage a augmenté en février, avec près de 2,9 millions de demandeurs d’emploi sans aucune activité (+ 0,2% par rapport à janvier) et plus de 4.500.000 en "activité réduite" (+ 0,5 %). Programme contre programme, et par ordre alphabétique, comment les candidats comptent-ils faire baisser la courbe ?


alt

Nathalie Arthaud - LO

Objectif : interdire les licenciements.

Dans son "Programme de lutte", Nathalie Arthaud propose aussi la répartition du travail entre tous sans diminution de salaire.

La candidate revisite la définition marxiste du chômage, "pro­duit normal de cette société capi­ta­liste qui surex­ploite les uns et pousse les autres à l’inac­ti­vité et à la misère".

LO insiste sur les embauches dans les services publics avec la mise en place de services nouveaux pour la construction de logements ou les services à la personne avec, à la clé, "des centaines de milliers d'emplois".

alt

François Bayrou - MoDem

Objectif : produire en France

En améliorant l'action publique en faveur de l'emploi, François Bayrou veut reconquérir le travail en produisant en France : "Produire en France, c'est la question centrale". Le candidat du Modem propose d'ailleurs la création d'un label pour informer sur la provenance ou la part française des produits achetés.

Améliorer la production en France par la mise en place d'un établissement financier régionalisé dédié aux PME. Le MoDem veut aussi mettre en réseau ces PME avec les grandes entreprises afin de créer une complémentarité.

Pour les entreprises de moins de 50 salariés, François Bayrou promet de donner la possibilité de créer un emploi sans charges s'il s'agit de l'embauche d'un jeune ou d'un chômeur.

Le candidat Modem compte aussi discuter avec Martin Hirsch pour améliorer le RSA pour "favoriser le retour sur le marché du travail".

alt

Jacques Cheminade - Solidarité et Progrès

Objectif : créer 5 millions d'emplois en 2 à 5 ans

Jacques Cheminade réclame une "Politique mondiale du travail humain". Pour assurer la reprise de l'économie mondiale, il propose une série de mesures comme le principe de la loi Glass-Seagall global (séparer banques de dépôt et de crédit d’une part et banque d’affaires de l’autre), un nouveau Bretton Woods ou encore un Pont terrestre eurasiatique… Le candidat du "sursaut" veut la création d'un vrai service public de l'emploi et entend redonner à Pole emploi les moyens de fonctionner.

alt

Nicolas Dupont-Aignan – Debout la République

Objectif : relocaliser un million d'emplois

Dans son projet présidentiel, Nicolas Dupont-Aignan prétend favoriser la production en France en sortant de la monnaie unique pour passer à l'euro-franc. Il compte aussi imposer aux administrations d'acheter du "fabriqué en France" pour défendre l'emploi. Ces mesures sont accompagnées de droits de douane pour stopper la concurrence déloyale.

De plus, Debout la République envisage un investissement massif dans l'innovation et la recherche (les filières d'avenir comme les énergies renouvelables ou les transports non polluants…), mettant l'écologie au service de l'emploi.

alt

François Hollande – PS

Objectif : 500.000 contrats de génération

Il s'agit-là de la mesure phare du PS en matière de lutte contre le chômage : ces contrats  de génération doivent permettre l'embauche d'un jeune de moins de 30 ans en CDI accompagné par un salarié plus expérimenté jusqu'au départ en retraite de ce dernier. François Hollande propose aussi la création de 150.000 emplois d'avenir pour l'insertion des jeunes, en priorité dans les quartiers populaires.

Pour le développement des PME mais aussi le soutien aux filières d'avenir (conversion écologique et énergétique de l'industrie), le PS prévoit la création d'une Banque publique d'investissement.

Dans un mouvement de relocalisation, François Hollande promet des aides publiques et allégements fiscaux pour les entreprises qui investissent en France ou y localisent leurs activités.

Côté environnement, un plan pour l'isolation thermique d'un million de logements par an devrait permettre la création de dizaines de milliers d'emplois.

En plus de l'abrogation de la règle de non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux, François Hollande a annoncé la création de 60.000 postes dans l'Education nationale.

alt

Eva Joly - EELV

Objectif : 1 million d'emplois d'ici 2020.

Eva Joly mise d'abord sur l'économie verte et le vivre-mieux. Au milieu de ce "million d'emplois de proximité et de qualité", les écologistes prévoient ainsi 141.000 emplois dans les énergies renouvelables, 75.000 dans la conversion de l'agriculture au bio, 200.000 pour la construction de logements et 290.000 pour les services à la personne.

En version optimiste, la "transition verte" vise à ramener le chômage à 6,3%. A ce sujet, les écologistes s'appuient sur les études du Centre d'Analyse Stratégique.

En s'appuyant sur l'économie sociale et solidaire, EELV voit une occasion de mettre en cause notre modèle de développement.

alt

Marine Le Pen - FN

Objectif : réindustrialiser la France

Le FN compte renégocier des traités européens pour reprendre une politique industrielle réelle, bloquée selon lui par "le dogme de la concurrence libre et non faussé. Marine Le Pen prévoit une Planification Stratégique de la Réindustrialisassions" relevant du Premier ministre.

Le soutien massif aux PME est le second volet de la lutte pour l'emploi du FN. Marine Le Pen mise sur l'artisanat et le commerce pour lesquels elle veut une Grande Réforme de Simplification.

Le FN prévoit un arrêt de la réduction du nombre des fonctionnaires. Dans la fonction publique, une embauche sur trois serait réservée aux plus de 45 ans issus du privé pour lutter contre le chômage des séniors.

L'ensemble du dispositif s'appuie sur une proposition de loi "Achetons français".

alt

Jean-Luc Mélenchon - Front de gauche

Objectif : abolir l'insécurité sociale

Le Front de Gauche milite pour le rétablissement des 35 heures, avec les embauches correspondantes, notamment dans la fonction publique. Parallèlement, il s'engage à limiter les heures supplémentaires.

Dans sa brochure "L'humain d'abord", Jean-Luc Mélenchon prévoit la convocation annuelle d'assemblées régionales et nationale pour l'emploi, avec les partenaires sociaux, pour fixer les objectifs.

Il propose aussi l'installation d'une "sécurité emploi-formation" et veut, lui aussi, relocaliser l'économie. Le parti s'engage à un arrêt de la RGPP

alt

Philippe Poutou - NPA

Objectif : imposer le droit à l'emploi.

A contrepied de discours de l'UMP, le NPA vante le "Travailler moins pour travailler tous" et propose la semaine de 32 heures.

Le CDI à temps complet devient le seul contrat reconnu par le code du travail.

Comme LO, le NPA propose l'interdiction des licenciements, avec le maintien des emplois sous peine de réquisition des entreprises.

Philippe Poutou prévoit la création d'emplois socialement utiles en développant les services à la personne.

alt

Nicolas Sarkozy - UMP

Objectif : le courage.

Tel est le mot d'ordre à l'UMP qui vante le courage comme "la seule réponse efficace contre le chômage". Fini le Travailler plus pour gagner plus de 2007 : pour le Nicolas Sarkozy 2012, il s'agit désormais de "Travailler plus et mieux pour valoriser notre première richesse : le talent des Français".

Selon l'UMP, pour créer des emplois, il faut, encore et toujours, sortir des 35 heures, mais aussi, alléger le coût du travail.

Le nouveau modèle de croissance de Nicolas Sarkozy repose sur le "made in France". Pour lui, "le développement des PME doit devenir la colonne vertébrale de notre politique économique". Aux yeux du président-candidat, le principal frein à l'emploi dans les PME réside dans les effets des seuls sociaux.

A l'UMP, la lutte contre le chômage passe par une lutte renforcée contre la fraude. Nicolas Sarkozy veut créer un "FBI" de la lutte contre les fraudes fiscales et sociales, avec la création d'un fichier national des fraudeurs sociaux.

Source le nouvel Obs


 

Espace CHSCT, plateforme N°1 d'information CHSCT, édité par son partenaire Travail & Facteur Humain, cabinet spécialisé en expertise CHSCT et formation CHSCT