Espace
CHSCT

@Espace
CHSCT

Elu ?
Contactez-nous

Je découvre
Axium

Cancers professionnels, de nouveaux enjeux pour la prévention

 

Identifier le plus précocement possible les risques d'exposition aux agents cancérogènes, cela constitue aujourd'hui une clé essentielle pour prévenir efficacement la survenue des cancers professionnels.

Cette question cruciale sera au coeur des débats organisés dans le cadre du colloque « Cancers professionnels : nouveaux enjeux pour la prévention » qui se tiendra à Paris les 27 et 28 novembre 2014. La manifestation sera également l'occasion de faire le point sur les avancées les plus récentes en matière de prévention. En prélude, à cet évènement, voici quelques éléments pour mieux comprendre et mieux prévenir les cancers professionnels.



 

Identifier le plus précocement possible les risques d'exposition aux agents cancérogènes, cela constitue aujourd'hui une clé essentielle pour prévenir efficacement la survenue des cancers professionnels.

Cette question cruciale sera au coeur des débats organisés dans le cadre du colloque « Cancers professionnels : nouveaux enjeux pour la prévention » qui se tiendra à Paris les 27 et 28 novembre 2014. La manifestation sera également l'occasion de faire le point sur les avancées les plus récentes en matière de prévention. En prélude, à cet évènement, voici quelques éléments pour mieux comprendre et mieux prévenir les cancers professionnels.



La lutte contre le cancer figure parmi les priorités nationales de santé publique. Si les innovations thérapeutiques récentes ont permis des progrès considérables dans leur traitement, les cancers demeurent la première cause de mortalité. En 2012, 355 000 nouveaux cas ont été diagnostiqués en France métropolitaine. Des travaux de l'Institut de veille sanitaire (InVS) laissent penser que 4% à 8,5% de ces nouveaux cas pourraient être la conséquence directe d'une exposition à des agents cancérogènes dans le cadre du travail. Dans l'environnement de travail, les salariés peuvent en effet être confrontés à de multiples agents cancérogènes. Il peut s'agir de produits chimiques (benzène, trichloréthylène, formol...), de substances naturelles (amiante, silice...), d'agents physiques (rayonnements ionisants, ultraviolets...) ou biologiques (virus des hépatites B et C dans les cas d'atteinte chronique) ou encore d'émissions nocives (poussières de bois, fumées de soudage). L'organisation du travail est également mise en cause. Des études récentes ont par exemple mis en évidence le rôle du travail de nuit dans la survenue de cancers du sein et de la prostate.


Identifier les situations d'exposition

Si les agents cancérogènes sont demieux en mieux connus, le défi est aujourd'hui de parvenir à caractériser les expositions et à identifier les situations de travail à risque. Depuis quelques années, la France s'est dotée d'un dispositif de veille et d'alerte pour localiser le plus précocement possible les cas de cancers professionnels. Il s'appuie notamment sur les Groupes d'alerte en santé travail (Gast) mis en place par l'InVS, le Réseau national de vigilance et de prévention des pathologies professionnelles (RNV3P), l'Assurance Maladie – Risques professionnels et le Ministère du travail. L'objectif est d'identifier rapidement parmi les nouveaux cas, ceux qui peuvent résulter d'une exposition professionnelle. La tâche est complexe car la survenue d'un cancer peut être liée à de multiples facteurs (hérédité, alimentation, alcool, tabac, environnement…). A l'exception de quelques types particuliers (mésothéliome, cancer de l'ethmoïde), il est difficile d'affirmer avec certitude l'importance des facteurs liés au travail dans la survenue de la maladie. Pour cela, il est indispensable de croiser les données épidémiologiques et les observations de terrain. Le travail d'investigation mené ces dernières années commence à porter ses fruits. Le colloque organisé par l'INRS (voir encadré) sera d'ailleurs l'occasion de découvrir en primeur les résultats de certains de ces travaux. L'importance de ce dispositif de surveillance est à souligner. Car la meilleure identification des malades permet de localiser les secteurs à risque. Il devient alors possible de définir les cibles d'action prioritaires, de mobiliser les entreprises concernées et de mettre en place des démarches de prévention adaptées.


Des outils pour agir

Les méthodes et les outils de prévention des cancers professionnels ont montré leur efficacité. Ils ont par exemple permis de réduire significativement les risques de mésothéliome ou de cancer de la vessie. La démarche générale de prévention repose en premier lieu sur un repérage exhaustif des agents cancérogènes présents dans l'environnement de travail. Il s'agit ensuite d'évaluer les dangers pour les salariés. Cet inventaire précis doit permettre de définir les actions à mettre en place. La mesure la plus efficace consiste à supprimer les agents cancérigènes ou à les remplacer par des produits ou des procédés moins nocifs. Pour cela les entreprises peuvent notamment s'appuyer sur les fiches d'aide au repérage (FAR) et les fiches d'aide à la substitution (FAS). Lorsque la suppression ou la substitution se révèlent impossibles, l'objectif est alors de maintenir les expositions des salariés à un niveau aussi bas que possible. La priorité est de mettre en place des mesures de prévention collective. Il peut s'agir par exemple de confiner les sources d'émissions nocives, d'installer des dispositifs de captage des polluants à la source ou encore de mécaniser les taches les plus exposantes. En complément, des protections individuelles doivent également être mises en œuvre (port de masques, gants, lunettes...). Les travailleurs exposés doivent être informés des risques et formés à la bonne mise en application des actions de prévention décidées par l'entreprise. Ils doivent aussi faire l'objet d'un suivi spécifique par les services de santé au travail.


Cancers professionnels : nouveaux enjeux pour la prévention 27 et 28 novembre – Paris

Offrir un point complet sur l’avancée des connaissances en matière de prévention des cancers, tel est l’objectif du colloque « Cancers professionnels : nouveaux enjeux pour la prévention » qui aura lieu les 27 et 28 novembre prochains à Paris, aux Salons de l’Aveyron. La manifestation, organisée par l'INRS avec le soutien de nombreux partenaires, permettra notamment de présenter les dispositifs de veille et d’alerte. Elle sera également l’occasion de découvrir les résultats des études épidémiologiques, scientifiques et médicales les plus récentes ainsi que le bilan des actions de prévention mises en œuvre dans les entreprises. Une vingtaine de communications, des tables rondes et une exposition de posters seront proposées. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 15 novembre 2014. Les participants bénéficient d’un tarif préférentiel jusqu’au 17 octobre.


Programme / inscription


Colloque : Cancers professionnels : nouveaux enjeux pour la prévention
Dossier : Cancers professionnels
Vidéo : 4 spots pour la prévention des cancers (DV0360)
Publication : Agir aujourd'hui pour éviter les cancers professionnels de demain (ED 992)

 

 

 

 

Source : (INRS)


Espace CHSCT, plateforme N°1 d'information CHSCT, édité par son partenaire Travail & Facteur Humain, cabinet spécialisé en expertise CHSCT et formation CHSCT