Espace
CHSCT

@Espace
CHSCT

Elu ?
Contactez-nous

Je découvre
Axium

2e journée belge du télétravail, une pratique qui gagne du terrain

Image actualité

altDe plus en plus d'employeurs l'encouragent en effet : depuis des entreprises privées comme Microsoft ou Mobistar jusqu'à des administrations comme le Service Public Fédéral de la Sécurité Sociale. Et une enquête publiée à l'occasion de cette journée par Jobat démontre que de plus en plus de travailleurs souhaitent disposer de davantage d'autonomie dans l'organisation de leurs tâches quotidiennes. 56% des actifs en Belgique aimeraient travailler au moins une fois par semaine à domicile. Mais dans la pratique, seul un sur six soit 16% le fait de façon régulièrement.

Bien sûr, certaines fonctions resteront largement exclues du dispositif : l'accueil des personnes, la vente en magasins physique ou encore la production. Mais pour le reste, il y quand même pas mal de gens qui sont concernés. Et les bénéfices sont réels.Un meilleur équilibre entre vie professionnelle et la vie privée, la réduction des embouteillages en heures de pointe, un travail plus efficace et une amélioration du niveau de compétitivité de notre pays à l'échelle internationale, bref des gains aux plans écologique, économique et personnel.

altDe plus en plus d'employeurs l'encouragent en effet : depuis des entreprises privées comme Microsoft ou Mobistar jusqu'à des administrations comme le Service Public Fédéral de la Sécurité Sociale. Et une enquête publiée à l'occasion de cette journée par Jobat démontre que de plus en plus de travailleurs souhaitent disposer de davantage d'autonomie dans l'organisation de leurs tâches quotidiennes. 56% des actifs en Belgique aimeraient travailler au moins une fois par semaine à domicile. Mais dans la pratique, seul un sur six soit 16% le fait de façon régulièrement.

Bien sûr, certaines fonctions resteront largement exclues du dispositif : l'accueil des personnes, la vente en magasins physique ou encore la production. Mais pour le reste, il y quand même pas mal de gens qui sont concernés. Et les bénéfices sont réels.Un meilleur équilibre entre vie professionnelle et la vie privée, la réduction des embouteillages en heures de pointe, un travail plus efficace et une amélioration du niveau de compétitivité de notre pays à l'échelle internationale, bref des gains aux plans écologique, économique et personnel.

Mais tout le monde n'est pas intéressé par le télétravail.

Et ses défenseurs le reconnaissent, il ne faut surtout pas l'imposer. Parmi les raisons avancées pour ne pas passer au télétravail, l'enquête révèle notamment la crainte de la disparition des contacts avec les collègues et l'absence des outils informatiques nécessaires. Et de toute façon, plus de 4 employeurs sur 10 y est restent opposés.

Il est vrai que c'est bien plus qu'une réorganisation du travail, c'est une mutation fondamentale. Dans les entreprises qui l'ont accomplie, l'espace de travail ce n'est plus un bureau physique, c'est l'ordinateur portable personnel. Vous pouvez le branchez n'importe quand, n'importe où, et vous avez accès à votre environnement de travail avec tout ce dont vous avez besoin, y compris la vidéoconférence.

Et si i vous êtes sur le lieu de l'entreprise, c'est le même portable que vous brancherez sur un des postes de travail partagé qui est libre. Il n'y a plus de bureau individuel, même pas pour le directeur. Les réunions et les entretiens se tiennent dans les espaces dédiés. Et bien sûr, l'usage du papier est réduit au strict minimum.

Au-delà de l'organisation pratique, c'est toute la logique du travail mesuré en heures prestées qui est remise en cause. Ce qui importe, ce sont les objectifs définis de commun accord. Et là, on change vraiment de siècle... Dorénavant, les maître-mots sont liberté et confiance. Une vraie révolution culturelle que les dirigeants, les syndicats et les travailleurs devront accomplir ensemble.

Alain Gerlache