Espace
CHSCT

@Espace
CHSCT

Elu ?
Contactez-nous

Je découvre
Axium

Le travail de nuit me vole une partie de ma vie

Image actualité

Le grand poète Ovide a dit un jour : « La nuit est plus triste que le jour ». On dirait qu’il n’avait pas tout à fait tort. Sachez que pour beaucoup de personnes qui travaillent de nuit, cette phrase est vraie. Leur emploi pourrait leur voler une partie de leur vie.

C’est ce qu’affirme une étude menée au sein de l’Université de Surrey et en collaboration avec d’autres institutions. Le travail de nuit a une incidence directe sur la qualité de vie de ceux qui le font. Ainsi, il est curieux de voir que ces heures que nous associons souvent à l’amour et au romantisme peuvent en réalité être très nocives. Même si bien sûr, ce n’est pas la même chose d’être avec son conjoint la nuit que de travailler…

« La nuit est belle, elle est nue, elle n’a pas de limites, ni de barrières. »

-José Hierro-

Les problèmes du travail de nuit

Les études qui démontrent que le travail de nuit n’est pas sain fusent de partout. Des recherches ont été menées notamment sur les infirmières de Corée du Sud. D’autres sur les employé-e-s chinois-es qui travaillaient dans le secteur automobile par tours et qui sont à la retraite ainsi que sur des travailleur-se-s français-es ont aussi été effectuées.

Le principal problème surgit du manque de sommeil ou du changement dans les horaires de repos. Nous vivons dans une société tournée vers la journée et la lumière. Ainsi, les personnes qui travaillent de nuit doivent adapter leur vie à cet horaire. Sinon, elles accumulent de la fatigue et du sommeil et sont rarement capables de le récupérer.

Dans toutes les recherches, on a trouvé des données qui affectent directement la santé de la personne. Et dans chacune, on a aussi trouvé des effets négatifs de différentes natures. Par exemple :

  • Chez les infirmières de Corée du Sud, celles qui travaillent la nuit sont beaucoup plus exposées à l’obésité.
  • Parmi les employé-e-s chinois-es retraité-e-s, on a découvert des problèmes de diabète et d’hypertension artérielle plus élevés que la moyenne.
  • Les travailleur-se-s français-es analysé-e-s ont montré une détérioration cognitive statistiquement significative. De fait, leurs résultats indiquaient que leur état équivalait à avoir vieilli entre 5 et 10 ans de plus que les autres.

Le travail de nuit affecte le repos

Comme nous l’avons dit, le travail de nuit affecte directement le manque de repos.Quand nous travaillons en tours et que nous ne sommes pas vraiment adaptés à l’horaire, nos rythmes biologiques sont complètement déstructurés.

Ainsi, les mécanismes internes chargés du sommeil et de la veille sont complètement chamboulés. Le corps d’une personne qui travaille la nuit souffre de graves dissonances. Par exemple, elle s’alimente quand ce n’est pas le moment et essaie de dormir alors qu’elle ne se sent pas fatiguée.

Finalement, tous ces désajustements débouchent sur un manque de sommeil inquiétant.Ce profil de travailleur-se ne dort pas suffisamment. C’est le grand problème. Et son corps est continuellement fatigué.

De plus, il y a d’autres facteurs qui affectent aussi les travailleurs nocturnes. Par exemple, l’alimentation. Non seulement ils ne mangent pas aux bons horaires, mais ils ont plus de difficultés à trouver des produits sains et donc à en consommer. Beaucoup se contentent de nourriture rapide, qui détériore plus rapidement leurs capacités cognitives et physiques.

Que faire quand on doit travailler de nuit ?

Il n’y a pas de solution simple pour les employés de nuit. Comme nous l’avons expliqué, l’idéal est d’adapter sa vie à l’horaire de travail. Mais les week-ends sont un problème car lors des journées libres, c’est très compliqué de ne pas revenir à un rythme de jour. Ce qui fait que notre corps est toujours soumis à des rythmes changeants, très mauvais.

De plus, beaucoup de gens varient dans leurs tours de nuit. Une semaine de travail de jour et une autre de nuit. C’est terriblement nocif pour l’organisme. Le corps ne parvient jamais à s’adapter définitivement à aucun de ces horaires. Selon les expert-e-s, l’un des groupes qui s’adaptent bien aux horaires de nuit est celui des professionnel-le-s des plateformes pétrolières. Puisqu’iels n’ont pas de week-ends de libres et qu’iels dorment dans des pièces sans fenêtres, iels ne souffrent pas de ce que ressentent celleux qui vivent dans les villes ou villages.

Il est évident que le travail est nécessaire aujourd’hui pour vivre. Si vous devez faire des tours de nuit, vous vous adapterez mais votre santé physique et cognitive en sera affectée. Et il n’y a pas de solution toute faite au problème, mais vous avez fait le premier pas : vous savez que ce n’est pas bon. La prochaine étape serait de faire tout votre possible pour maintenir des horaires constants et de respecter un minimum d’heures de repos chaque jour.


Nos Pensées (lire l'article original)