Espace
CHSCT

@Espace
CHSCT

Elu ?
Contactez-nous

Je découvre
Axium

Pourquoi le taux de suicide est-il si haut en France?

altUne enquête réalisée par le Baromètre santé 2010, révèle que 5,5% des 15-85 ans ont déjà fait une tentative de suicide. Ce taux est parmi les plus élevé d'Europe. Décryptage. 

Un taux de suicide parmi les plus élevés d'Europe

Un très mauvais bilan. Malgré une légère baisse, la France possède l'un des taux de suicide les plus élevés d'Europe, révèle l'enquête réalisée par le Baromètre santé 2010, publiée ce mardi. Seuls la Finlande, les pays Baltes, la Hongrie et la Slovénie ont de plus lourds bilans. Près d'un décès sur 50 est un suicide dans l'hexagone. 5,5% des 15-85 ans déclarent avoir déjà fait une tentative au cours de leur vie. Et selon le centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès, le constat pourrait être encore plus sévère. Ils estiment, en effet, qu'il existe un doute sur les causes réelles de décès dans 9,4% des cas. 

Les régions les plus touchées sont l'ouest et le nord de la France (Bretagne, Poi­tou-Charentes, Picardie, Basse-Normandie et Pays-de-la-Loire). 

altUne enquête réalisée par le Baromètre santé 2010, révèle que 5,5% des 15-85 ans ont déjà fait une tentative de suicide. Ce taux est parmi les plus élevé d'Europe. Décryptage. 

Un taux de suicide parmi les plus élevés d'Europe

Un très mauvais bilan. Malgré une légère baisse, la France possède l'un des taux de suicide les plus élevés d'Europe, révèle l'enquête réalisée par le Baromètre santé 2010, publiée ce mardi. Seuls la Finlande, les pays Baltes, la Hongrie et la Slovénie ont de plus lourds bilans. Près d'un décès sur 50 est un suicide dans l'hexagone. 5,5% des 15-85 ans déclarent avoir déjà fait une tentative au cours de leur vie. Et selon le centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès, le constat pourrait être encore plus sévère. Ils estiment, en effet, qu'il existe un doute sur les causes réelles de décès dans 9,4% des cas. 

Les régions les plus touchées sont l'ouest et le nord de la France (Bretagne, Poi­tou-Charentes, Picardie, Basse-Normandie et Pays-de-la-Loire). 

Les hommes représentent 75% des décès par suicide

Les hommes représentent les trois quarts des décès par suicide (7739 décès masculins contre 2725 décès féminins en 2010). Mais paradoxalement, les tentatives et les pensées suicidaires sont davantage le fait des femmes. Elles sont plus nombreuses à avoir déjà fait une tentative au cours de leur vie (7,6% contre 3,2%). 

Ces chiffres, loin d'être en contradiction, s'expliquent selon François Beck, l'un des responsables scientifiques de l'enquête "par les méthodes mises en oeuvre, plus meurtrières et irréversibles chez les hommes (pendaison, arme à feu...), même si la mort par pendaison est souvent utilisée chez les femmes à partir d'un certain âge".  

L'absorption de médicaments demeure toutefois le mode opératoire le plus fréquent pour tous, avec une prédominance féminine. 

Plus d'idées suicidaires entre 45 et 54 ans

Le taux de suicide ne dépend pas seulement du sexe. "L'âge est un facteur important même si le suicide touche tout le monde. On remarque ainsi, que le nombre de suicide est élevé chez les jeunes de moins de 25 ans, avant de se stabiliser. Il faut ensuite atteindre 45 ans pour voir un nouveau pic du taux de suicide", assure François Berck à LEXPRESS.fr. C'est dans cette tranche d'âge - 45 à 54 ans - que le taux de suicide est le plus élevé (5%).  

Concernant les hospitalisations, un "pic" est observé chez les adolescentes, "reflet de l'importance du phénomène suicidaire dans cette population particulièrement exposée" explique le rapport.  

Violences, chômage...Les raisons sont nombreuses

La principale cause de passage à l'acte provient, selon l'étude, du fait d'avoir subi des violences (sexuelles ou non). Suivent la solitude, le chômage, un faible niveau de revenu ou la consommation de tabac. Chez les femmes une autre raison s'ajoute à la liste: la consommation régulière d'alcool. 

Les conditions de travail peuvent aussi expliquer ce geste, à l'instar de la vague de suicides chez France Télécom. L'enquête montre ainsi que le risque de suicide est lié à la catégorie socio-professionnelle. La prévalence du risque suicidaire est peu élevée - de 3,2% pour les hommes à 6% pour les femmes - lorsque la personne est cadre d'une entreprise. En revanche, ce taux grimpe autour de 12% - hommes et femmes confondus - pour des employés de la fonction publique ou des ouvriers non qualifiés. 

Principaux touchés, les salariés de la santé et de l'action sociale. Les hommes travaillant dans le domaine des "transports et communications" (8,7%) et du "commerce" (8,3%) sont également touchés. Des résultats qui s'expliquent notamment par le stress lié à la fonction exercée. 


source: l'express