Espace
CHSCT

@Espace
CHSCT

Elu ?
Contactez-nous

Je découvre
Axium

L’emploi des seniors au point mort

Image actualité

TRAVAIL - Le taux d'emploi des 55-64 ans reste très largement en dessous de la moyenne européenne...

«Une génération sacrifiée». Le constat que dresse Sylvain Grevedon, du cabinet de recrutement Mercuri Urval, fait froid dans le dos alors que se tient ce mercredi la première journée nationale pour l’emploi des seniors. Pourtant, les chiffres sont là. Implacables. Le taux d’emploi des 55-64 ans n’est que de 41,5%. Certes, il n’était que de 38% en 2008, mais il reste toujours inférieur de sept points à la moyenne européenne et se retrouve même 18 points en dessous de celui de l’Allemagne. Ce pourcentage frise même les 70% dans les pays nordiques.

TRAVAIL - Le taux d'emploi des 55-64 ans reste très largement en dessous de la moyenne européenne...

«Une génération sacrifiée». Le constat que dresse Sylvain Grevedon, du cabinet de recrutement Mercuri Urval, fait froid dans le dos alors que se tient ce mercredi la première journée nationale pour l’emploi des seniors. Pourtant, les chiffres sont là. Implacables. Le taux d’emploi des 55-64 ans n’est que de 41,5%. Certes, il n’était que de 38% en 2008, mais il reste toujours inférieur de sept points à la moyenne européenne et se retrouve même 18 points en dessous de celui de l’Allemagne. Ce pourcentage frise même les 70% dans les pays nordiques.

Des progrès limités

Bien sûr, des progrès ont été faits ces dernières années, notamment avec l’entrée en vigueur en 2007 de sanctions financières plus lourdes afin de limiter les préretraites. Plus récemment, depuis le 31 mars 2010, les entreprises de plus de 50 salariés doivent mettre en place un plan d’action en faveur des seniors sous peine d’une pénalité d'1% de la masse salariale.

Deux ans plus tard, alors que le contexte économique n’a guère changé, le bilan est très mitigé. Les experts s’accordent à dire que les employeurs ont privilégié le maintien dans l’emploi de leurs salariés au détriment du recrutement de nouveaux seniors. Or, pour ces derniers, la situation devient très préoccupante.

Si le nombre de demandeurs d’emploi a progressé de 5,6% en 2011, celui des plus de 50 ans a explosé de 15,5%. Ils sont désormais 872.000 à être inscrits à Pôle emploi. Sylvain Grevedon est très pessimiste sur leur chance de retrouver un travail, excepté pour des profils pointus dans des secteurs en situation de pénurie. «Sortir du chômage quand on a plus de 50 ans est très difficile», abonde Hubert Philippe, directeur marketing de Pôle emploi, qui s’exprimait ce mercredi midi lors d’une table-ronde sur l’emploi des seniors organisée à l’Assemblée nationale.

 Prise en charge défaillante

Une impuissance qui se traduit aussi par une prise en charge parfois défaillante. «Le Pôle emploi et l’Apec m’ont dit qu’ils ne pouvaient rien pour mois», témoigne, dépité, un ancien responsable de filiale d’un groupe international au chômage qui regrette de ne plus pouvoir rencontrer le moindre conseiller.

Le président de l’Association pour la journée nationale de l’emploi de seniors, le député Jacques Kossowski, milite pour que les seniors soient reçus par des conseillers d’un âge équivalent histoire d’éviter le décalage générationnel. De son côté, Pôle emploi souligne la mise en place de clubs seniors dans certaines de ces agences, qui permettent de créer une émulation entre les chercheurs d’emploi.

Le regard évolue sur les seniors évolue

Mais le remède miracle n’existe pas. Dans une enquête dévoilée mardi, 66% des personnes interrogées, qui travaillent dans des entreprises de plus de 500 salariés dans le public et dans le privé, estiment que pour éviter d’être confronté à des difficultés de carrière liés à l’âge, le suivi des formations est efficace. Ils plébiscitent aussi les bilans de compétence (64%) et un changement de métier ou de filière quand il est encore temps (58%).

Petite lueur d’espoir pour les seniors, le regard que leur porte les entreprises évolue. Sylvain Grevedon explique qu’il y a encore cinq ans, certains de ses clients ne voulaient pas recevoir des candidats âgés de plus de 45 ans. «On ne le dit plus aujourd’hui.»


source: 20minutes.fr

 

Espace CHSCT, plateforme N°1 d'information CHSCT, édité par son partenaire Travail & Facteur Humain, cabinet spécialisé en expertise CHSCT et formation CHSCT