Espace
CHSCT

@Espace
CHSCT

Elu ?
Contactez-nous

Je découvre
Axium

Il fait très froid, suis-je obligé d’aller travailler?

Image actualité


Alors qu'un froid intense s'installe sur la France, que prévoit le Code du travail pour protéger les salariés?

Canicule, neige ou sévère vague de froid: la météo n'est pas sans effet sur les conditions de travail. Avec des températures obstinément bloquées sous la barre des 0°, certains travailleurs se trouvent plongés dans un environnement hostile, habituellement réservé aux employés des chambres froides, des filières de conditionnement ou des entrepôts. C'est le cas des métiers qui exercent en extérieur, comme le BTP, les transports ou l'agriculture, mais aussi des salariés qui travaillent dans des locaux partiellement ouverts ou mal isolés. 


Alors qu'un froid intense s'installe sur la France, que prévoit le Code du travail pour protéger les salariés?

Canicule, neige ou sévère vague de froid: la météo n'est pas sans effet sur les conditions de travail. Avec des températures obstinément bloquées sous la barre des 0°, certains travailleurs se trouvent plongés dans un environnement hostile, habituellement réservé aux employés des chambres froides, des filières de conditionnement ou des entrepôts. C'est le cas des métiers qui exercent en extérieur, comme le BTP, les transports ou l'agriculture, mais aussi des salariés qui travaillent dans des locaux partiellement ouverts ou mal isolés. 

Comment savoir si je suis exposé au froid au travail?

Aucun seuil de température officiel ne fixe le risque d'exposition au froid. Il dépend du nombre de degrés mais pas seulement: les autres conditions météo -le vent par exemple- l'âge et la santé du salarié, ainsi que son équipement, rendent l'exposition plus ou moins dangereuse. 

L'INRS, l'Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles, considère comme froid tout environnement qui entraîne des pertes thermiques supérieures à la normale. Les différents organismes de recherche sur la santé au travail fixent entre 19 et 23°C la température idéale pour une activité sédentaire. 

Quels sont les risques pour la santé?

Le froid complique le travail parce qu'il agit sur la régulation thermique du corps, l'obligeant à mobiliser davantage de ressources. "Celles-ci ne sont alors plus disponibles pour faire face aux exigences du travail, et le rendent pénible", explique l'Anact, l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail. 

Gelures, engourdissements et crampes en sont les premiers signes. Ils rendent les gestes moins précis, d'où des risques d'accidents du travail. Dans les cas les plus graves, les salariés peuvent tomber en hypothermie. 

Quelles sont les obligations de l'employeur?

Les entreprises doivent prendre "toutes dispositions nécessaires pour assurer la protection des travailleurs contre le froid", et notamment de ceux qui travaillent dehors. Dans le BTP, en cas d'intempéries majeures, l'employeur peut décider d'arrêter le travail après avoir consulté les délégués du personnel. Ce qui ouvre droit au chômage "intempérie", issu d'une caisse spéciale à laquelle cotisent le secteur. Le Code du travail interdit aussi le travail des mineurs sur des étals de commerce extérieurs, quand le mercure tombe sous 0°C. 

Les locaux fermés, eux, doivent être "conçus de manière à permettre l'adaptation de la température à l'organisme humain pendant le temps de travail", et "chauffés pendant la saison froide" pour maintenir une "température convenable". Et ce même quand l'activité impose de laisser les portes des locaux ouvertes: il y a quelques années, le ministère du Travail avait été saisi du cas de garagistes, obligés de travailler portes ouvertes, qui se plaignaient du coût exorbitant du chauffage. Il avait conclu que les employeurs étaient bien tenus de chauffer leurs locaux, même si "ces dispositions doivent être appliquées avec discernement". 

Que faire si mon patron ne change rien?

Si un salarié s'estime exposé à un danger "grave et imminent", il peut faire usage de son droit de retrait. Avant d'en arriver là, les salariés des entreprises de plus de 50 personnes peuvent saisir le CHSCT, le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail, ou informer les délégués du personnel dans les plus petites structures. 

Il arrive aussi que le froid empêche toute activité, comme sur ce chantier de Blois, au point mort depuis jeudi: le gel rend impossible l'utilisation du sable ou des granulats, ce qui a contraint les employeurs à arrêter le travail, raconte La Nouvelle République

La neige m'empêche d'aller travailler, qu'est-ce que je risque?

Pas toujours facile de circuler dans certaines régions où la neige s'est accumulée sur les routes. A condition que vous l'ayez prévenu, votre employeur ne peut pas vous reprocher d'être arrivé en retard ou de ne pas être venu. 

"Le droit du travail spécifie qu'en cas de raisons impérieuses -la maladie ou l'impossibilité physique de se déplacer- l'employeur ne peut considérer l'absence du salarié comme une faute, assure Yves Nicol, avocat du travail. Si la route est impraticable et que les transports en commun ne fonctionnent pas, le salarié n'est pas fautif. Mais tout est une question d'honnêteté: s'il tombe trois flocons dans la nuit, ne pas se pointer au travail pourra être considéré comme une forme d'abus."


source: lexpress.fr

 

Espace CHSCT, plateforme N°1 d'information CHSCT, édité par son partenaire Travail & Facteur Humain, cabinet spécialisé en expertise CHSCT et formation CHSCT