Espace
CHSCT

@Espace
CHSCT

Elu ?
Contactez-nous

Je découvre
Axium

Comprendre la hausse de l’absentéisme au travail: chiffres clés et idées reçues

chsctL'absentéisme au travail a augmenté de 18% en 2012 dans le privé en France, selon le baromètre annuel Alma Consulting Group. Mais pas forcément dans les secteurs ou les entreprises que l'on attendrait. Explications.
Attention, sujet miné. Le taux d'absentéisme dans les entreprises a en effet augmenté de 18% en 2012. Soit près de trois jours de plus par an qu'en 2011, selon un baromètre publié par Alma Consulting Group. Mais que signifie vraiment cette hausse...?

chsctL'absentéisme au travail a augmenté de 18% en 2012 dans le privé en France, selon le baromètre annuel Alma Consulting Group. Mais pas forcément dans les secteurs ou les entreprises que l'on attendrait. Explications.
Attention, sujet miné. Le taux d'absentéisme dans les entreprises a en effet augmenté de 18% en 2012. Soit près de trois jours de plus par an qu'en 2011, selon un baromètre publié par Alma Consulting Group. Mais que signifie vraiment cette hausse...?

16,6 jours d'absence en moyenne...

Après trois ans de baisse, le taux d'absentéisme a atteint 4,53% en 2012 contre 3,84% l'année précédente. Cela représente 16,6 jours d'absence par an par salarié, soit 2,6 jours supplémentaires par rapport à 2011. " Même s'il s'agit d'un phénomène global, notons que ce sont les 48% des entreprises dont le taux est en forte croissance qui entraînent la hausse de cet indicateur ", indique Yannick Jarlaud, le directeur du département santé, sécurité et environnement de travail chez Alma Consulting.


... Mais un salarié sur deux n'a jamais été absent
Le nombre de jours moyens d'absentéisme reflète toutefois imparfaitement la réalité une majorité de salariés. C'est pourquoi le cabinet a également mesurél le taux des " Toujours Présents " en 2012. Or il s'avère que 52% des salariés n'ont connu aucune absence. " Ce taux est un excellent indicateur de la forme et de l'évolution del'absentéisme d'une entreprise. Il renseigne sur l'appropriation individuelle de la valeur de laprésence et le niveau de mobilisation des salariés dans le projet d'entreprise ", selonYannick Jarlaud.


Les raisons de la hausse
59% des DRH estiment que la hausse du taux d'absentéisme est liée à l'état de santé des salariés (maladies saisonnières, problèmes de santé, fatigues et états de santépsychologiques), explique l'étude. En seconde position, arrivent les conditions de travail : l'ergonomie des postes, les ambiances physiques de travail (bruit, température, lumière, odeurs, etc.) et le confort au poste. Puis, ce sont la charge de travail et l'organisation. Cette dimension fait référence à la quantité de choses à faire, aux contraintes temporelles ainsi qu'à la charge mentalede l'activité.


Un coût de 16 milliards pour la collectivité
Selon Alma Consulting, ces absences pour maladie, accident de travail, problèmes de trajet ou maladie professionnelle ont représenté un coût direct pour les entreprises du privé de 6,98 milliards d'euros, entre les compléments de salaires versés et le coût de remplacement des salariés absents.
Ce coût "minimum" ne tient pas compte des coûts pour l'Etat, indique le baromètre. Le dernier rapport de la commission des comptes de la Sécurité sociale datant de juin 2013 fait état d'un montant estimé à 8,77 milliards d'euros d'indemnités journalières versées. L'addition des deux chiffres porte donc la facture à près de 16 milliards d'euros pour 2012.


Bonnet d'âne pour la banque et l'assurance, le BTP à l'honneur
Le BTP Construction (2,81%) et l'Industrie (3,77%) restent les " meilleurs élèves " avec un taux stable comparé à celui de 2011. Les secteurs de la Santé (5,37%) et des Transports (4,92%) restent toujours à un taux très élevéquand bien même celui de la Santé enregistre une baisse marquée par rapport à 2011 (6,61%). Le secteur le plus durement touché en 2012 est celui des Services qui passe en une année à 5,46% comparé aux 3,32% de 2011. Ce fort taux d'absentéisme s'explique par l'absentéisme élevé de l'activité Banque / Assurance (5,56%).


Record au Nord... et dans le Sud méditerranéen
"L'absentéisme est en hausse dans toutes les régions de France excepté pour les régions du Sud-Ouest et Rhône Alpes qui cette année comptent les salariés les plus assidus au travail, indique l'étude. Les régions Nord (20,1 jours) et Méditerranée (19,7 jours) restent celles où l'absentéisme est le plus important, confirmant une tendance observée les années précédentes. Le taux d'absentéisme en Ile-de-France est pour la première fois en nette augmentation de 4,78% soit 17,5 jours par salarié, alors qu'il est traditionnellement bas du fait d'un plus fort turn overet d'une activité soutenue dans la région. L'explosion de l'absentéisme dans les services et la santé, secteurs fortement représentés en Ile-de-France a sans nul doute eu un effetd'entraînement.


Epidémie dans les grandes entreprises
L'étude souligne aussi que les entreprises de plus de 1.000 salariés apparaissent pour la première fois comme les plus impactées. Le taux explose de 3,70% en 2011 dans cette catégorie d'entreprise pour passer à 4,66%. En fait, " ce n'est pas la taille des entreprises mais bien la taille du collectif de travail qui a un impact sur la mobilisation des collaborateurs. Il est important d'intégrer cette dimension dans les grandes organisations ", indique Yannick Jarlaud.


Assiduité record chez les cadres
Sans surprise, les cadres sont cette année encore ceux qui sont les plus présents au travail (absentéisme de 2,28%). L'écart se creuse avec les ETAM (employés, techniciens et agents de maîtrise) qui rejoignent les ouvriers traditionnellement plus absents (4,24%). Selon Yannick Jarlaud " au-delà de la pénibilité et des conditionsde travail, c'est aussi le sens donné au travail et le manque de visibilité dans le processus global qui concourent à un plus grand absentéisme ".


Des absences moins fréquentes mais plus longues avec l'âge
Le premier facteur d'absentéisme étant l'état de santé, le Baromètre de l'Absentéisme montre, une corrélation entre l'âge et l'absence pour maladie. L'écart se creuse cette année particulièrement chez les Seniors (+ de 50 ans) qui connaissent un taux record de 7,58% soit 27,7 jours. Pourtant, si cette population s'absente peu fréquemment, les absences sont en moyenne de longue durée ce qui explique en partie le niveau de leur tauxd'absentéisme. " La gestion des seniors, leur maintien dans l'emploi sont des problématiques RH de plus en plus récurrentes dans les entreprises. Des leviers de motivation transgénérationnels doivent être mis en place efficacement pour éviter les risques de décrochage " indique Y. Jarlaud. À l'inverse, les salariés de moins de 30 ans enregistrent un absentéisme pour maladie fréquent mais de courte durée. Le taux moyen étant de 3,85%.
Le baromètre a été réalisé auprès des directeurs des ressources humaines (DRH) de 323 entreprises représentant plus de 300.000 salariés.

Source (lexpress.fr)

Espace CHSCT, plateforme N°1 d'information CHSCT, édité par son partenaire Travail & Facteur Humain, cabinet spécialisé en expertise CHSCT et formation CHSCT