Risque amiante

Télécharger cette fiche

L’amiante, depuis le début du XX° siècle est connu pour ces pouvoirs nocifs et mortels à retardement et cela sur plusieurs dizaines d’années. Maintenant une législation rigoureuse existe, les membres du CHSCT doivent être mobilisés sur cette question afin à la fois de prévenir la maladie professionnelle et garantir les droits des personnes affectées.

Le risque de l’amiante est lié à l’inhalation de poussières. La dimension des fibres d’amiante leur permet une pénétration profonde dans l’arbre respiratoire, où elles sont ensuite difficilement éliminées. Leur accumulation peut être responsable de fibroses pulmonaires dont la manifestation clinique principale est une insuffisance respiratoire.

L’amiante est un excellent isolant thermique et acoustique, il résiste à l’abrasion et aux acides, possède une bonne résistance à la traction et peut être incorporé au ciment. L’amiante a été largement utilisé, dans de nombreux domaines industriels : textiles ininflammables, peintures, joints, colles, mastics, enduits, bitumes, moules et autres applications industrielles, polyesters renforcés et garnitures de friction, matériels frigorifiques, bijoux, et surtout pour des matériaux utilisés dans l’industrie du bâtiment pour la construction et les équipements immobiliers.

Le CHSCT est chargé de veiller à la santé et à la sécurité des salariés. C’est ainsi qu’en matière d’amiante, il est obligatoirement informé ou consulté par l’employeur sur la notice de poste prévue à l’article R. 4412-97, les modalités de l’organisation du travail, la stratégie de prélèvement établie par l’employeur pour le contrôle des niveaux d’empoussièrement, les conditions et les résultats des contrôles des niveaux d’empoussièrement, le plan de démolition, de retrait ou de confinement, le mode opératoire en cas d’activités ou d’interventions sur les matériaux contenant de l’amiante.