Travail répétitif

Télécharger cette fiche

Suite à un management centré sur le rendement et la productivité, le modèle du travail répétitif sous contrainte de temps est de plus en plus répandu dans les organisations de travail.

Le travail sous contrainte de temps est réalisé par la répétition imposée de gestes élémentaires de courte périodicité, souvent inférieure à la minute ou par des normes de rentabilité étroitement contrôlées. On appelle cadence de travail la pression temporelle exercée au niveau de l’exécution d’une tâche. Cette cadence devient une nuisance lorsqu’elle ne permet pas au salarié de réguler individuellement son activité, et notamment quand elle dégrade son corps ou son psychisme.

Tout travail qui s’effectue dans une posture contraire à la nature peut entraîner une lésion attribuable au travail répétitif. Forcer un tournevis, déplacer constamment les doigts sans les reposer, mal s’asseoir, garder les poignets pliés, travailler les bras au-dessus de l’épaule, tenir un outil bien serré et les autres activités de ce genre épuisent les tendons, les ligaments et les muscles au point de causer une lésion. Alors apparaissent les cervicalgies, dorsalgies, lombalgies, arthralgies… D’autres affections peuvent apparaitre comme les névralgies, migraines, problèmes cardiaques. Mais de plus en plus, ce sont toutes les pathologies associées au stress et à la souffrance au travail qui émergent dans les organisations.

La fatigue physique ou mentale peut favoriser tous les types d’accidents du travail ou de trajet : blessure par les outils, pincement, écrasement, chute d’objet ou de personne.

Le CHSCT doit intervenir dans cette situation. Il peut demander à l’entreprise d’investir des moyens lourds pour limiter les conséquences du travail répétitif, notamment du fait de l’impact humain et économique important que cela génère. Un programme de prévention très large s’impose souvent, sans compter aussi les interventions localisées sur les postes de travail qui peuvent être programmées.

La pierre angulaire d’un tel programme consiste à adapter la tâche au travailleur et non l’inverse, comme l’impose la législation du travail.