Stress au travail

Télécharger cette fiche

Le stress apparaît depuis une quinzaine d’années comme l’un des risques majeurs auquel les organisations et entreprises doivent faire face : un salarié européen sur cinq déclare souffrir de troubles de santé liés au stress au travail. Les moyens de prévenir le stress au travail existent.

Au cours du temps, le stress a été interprété à tort comme le fait de la personne et sa fragilité ou comme un témoignage de mauvaise volonté au travail. Il affecte toutes les personnes : homme et femme, jeune et ancien, expérimenté et novice, CDD et CDI, cadre ou employé. On parle de stress lors d’un déséquilibre entre ce qu’on demande de faire dans le cadre professionnel et les ressources dont on dispose pour y répondre. Les situations stressantes qui s’installent ont toujours des répercussions négatives sur les entreprises. On ne peut pas parler de « bon stress ». Les effets du stress ne sont pas uniquement de nature psychologique. Il affecte également la santé physique, le bien-être et la productivité.

Absentéisme, accidents de travail, démotivation… Ces dysfonctionnements affectent la qualité, la performance globale, l’implication collective. Les conséquences du stress ont également des répercussions organisationnelles et économiques, et un coût pour la société dans son ensemble. Le CHSCT doit jouer un rôle primordial de prévention voulu par les pouvoirs publics.

Les facteurs composant le stress professionnel sont généralement issus de la tâche initiale, de l’organisation et de la relation de travail qu’elle soit bilatérale ou managériale.

Il n’y a pas d’action type pour éviter le stress, tant les situations et les causes sont différentes et parfois complexes. On parle de démarches de prévention. Suivant la volonté de l’entreprise, et son appréhension du phénomène, plusieurs niveaux d’actions de prévention peuvent être posés. Les responsables seraient souvent plus à l’aise avec l’idée de changer le comportement ou les attitudes de l’individu plutôt que d’apporter des modifications au fonctionnement de l’organisation qu’ils ont parfois eux-mêmes déterminée.