Séniors au travail

Télécharger cette fiche

La population en âge de travailler (18-65 ans) diminue. A moyen terme, une grande partie de la main-d’œuvre disponible sera composée de la tranche d’âge dite des seniors, à savoir les salariés de plus de 50 ans qui représentent 23 % de la population salariée. Parallèlement, depuis quatre décennies, l’âge de la population active se resserre sur les tranches d’âge 25-50 ans. Les départs massifs en retraite prévus ces prochaines années représentent autant de disparitions des savoir-faire détenus par les salariés des entreprises, et notamment des savoir-faire de prudence et de sécurité. Les seniors sont aussi un enjeu d’image. Dans la relation à la clientèle, la présence des seniors est un élément fort de l’image de l’entreprise : valeurs, culture, connaissances, savoir-faire d’efficacité. Mais par ailleurs, les conditions de travail plutôt organisées pour des personnes jeunes doivent être adaptées pour les capacités physiques et intellectuelles des travailleurs âgés de 55 à 65 ans, et plus.

Il n’existe aucune définition officielle du terme « seniors ». Dans le plan national concerté pour l’emploi des seniors, il est fait référence aux plus de 50 ans.

Le CHSCT et l’entreprise doivent anticiper les évolutions croisées entre l’évolution de la gestion des âges et de compétences, conditions de travail et notions de productivité et de résultats, ainsi que l’aspect de l’exposition aux risques professionnels. Ils doivent contribuer à de meilleures conditions de travail à 60 ans et à veiller sur l’état de santé des salariés, lequel varie selon les activités pratiquées tout au long de leur parcours professionnel.

La motivation au travail passe par l’évolution des représentations liées au vieillissement, mais aussi par le développement de l’attractivité de l’emploi pour les seniors : espoir de progression, de développement, projets… permettront au salarié senior de rester investi dans son travail, et de faire bénéficier les plus jeunes de son expérience, par exemple à travers la pratique du tutorat. Ainsi se conserveront et se transmettront les savoirs et savoir-faire indispensables à la performance globale d’une entreprise.